42563546_p

Après avoir bossé dans les Yardbirds, Cream et Blind Faith, Eric Clapton, guitariste blues-rock de génie, monte Derek And The Dominos, groupe constitué, en dehors de Clapton, de Duane Allman, Bobby Whitlock, Jim Gordon et Carl Radle. Les Dominos n'auront sorti qu'un disque studio... Et pour cause, Duane Allman sera malheureusement emporté par un accident de moto en 1971. Le tout avec un Clapton accro à l'héroine, un Carl Radle accro à l'alcool et un Jim Gordon qui tuera sa mère lors d'une crise de schizophrénie ne fera rien pour arranger les choses. Mais ce double album de 1970 est un essentiel absolu. En un sens, ils n'avaient pas besoin d'en faire plus, il avaient déjà tout fait avec cet album radical, un double album (depuis regroupé sur un simple CD) de 77 minutes avec le plus souvent des titres longs, mais qui passe comme une lettre à la poste.

Le disque s'ouvre avec I Looked Away, morceau léger, court, mais très agréable, démarrant l'album sur une note très cool avant de s'attaquer au plus lourd. Bell Bottom Blues est une ballade blues-rock monstrueuse, un monument absolu, en somme un des meilleurs titres de l'album. On rentre dans le gros morceau avec ce titre. Keep On Growing est d'emblée plus énergique, longue, mais durant juste le temps qu'il faut, on ne s'ennuie pas une seule seconde. Et on revient à du blues classique avec Nobody Knows You When You're Down And Out, une chanson qui, même si elle ressemble en partie à Bell Bottom Blues, à le pouvoir d'emporter très loin.

I Am Yours est un morceau doux et reposé, une très belle ballade acoustique, car un peu de douceur dans ce monde de brutes ne fait pas de mal. Clapton y chante vraiment bien, et on ressent dessus les prémices de certains hits que Clapton pourra faire plus tard. On revient à du plus lourd avec Anyday, morceau foutrement efficace, avec un refrain du tonnerre de Dieu, que l'on oublie pas, et toujours d'infernaux solos de gratte à n'en plus finir, lors des duos Clapton/Allman. C'est le pied. Key To The Highway est une reprise d'un grand standard blues écrit par Charlie Segar en 1940. Tous les plus grands se sont essayés à ce morceau, comme tous les plus grands se sont essayés à du Robert Johnson ou à un bon vieux Sweet Home Chicago... La version de Derek And The Dominos est sans doute un peu trop longue (quasiment 10 minutes, le morceau le plus long du disque), les solos s'éternisent un peu, mais ça ne l'empêche pas d'être une excellente reprise!

Tell The Truth est un morceau "classique" dirons-nous, dans le pur esprit de l'album, comme Keep On Growing, comme Anyday. Why Does Love Got To Be So Sad a un riff de gratte qui me rappelle le thème du Touch Me des Doors, mais ce n'est sans doute qu'une impression personnelle. Pour le reste, un morceau speedé et efficace (oui, je sais, je me répète!)... Have You Ever Loved A Woman est, quant à lui, un pur blues bien lourd comme on l'aime, dont les paroles s'adressent sans aucun doute indirectement à la femme de George Harrison, Patti, dont Clapton était follement amoureux, et qu'il finira par épouser plus tard.

On en arrive à l'un des meilleurs moments du disque... Reprise sublime du classique de Jimi Hendrix, Little Wing est un morceau brillant, meilleur que l'original, avec un riff qui est sans aucun doute, avec celui de Layla, mon préféré du disque. Un très grand moment en perspective. It's Too Late est une complainte sympathique, pas déplaisante, mais faisant peut-être un peu tâche dans cet amas de pierres tombales du blues-rock. Après, ce n'est pas nul non plus... Et on en arrive au meilleur morceau de l'album. Aussi un des meilleurs morceaux de l'histoire du rock. Je ne déconne pas. Riff tueur, chanson cultissime, Layla est tout simplement, dans sa version originale, un de mes morceaux préférés au monde. Ca démarre furieusement pour se terminer en un calme et brillant instrumental. On pourrait écrire un live sur cette chanson si on le voulait. Un monument absolu. Dépasser la dose prescrite... Quant à Thorn Tree In The Garden, c'est un bel épilogue pour le disque, mais qui, comme It's Too Late, fait sans aucun doute un peu tâche par rapport aux véritables monuments absolus du disque.

Quoiqu'il en soit, si vous n'avez pas encore ce disque, mais alors qu'attendez-vous nom de Dieu!? On a avec Layla And Other Assorted Love Songs un des disques les plus marquants de l'histoire du rock. Ce disque est un pur lavage Imo pour oreille. Un monument, rigoureusement indispensalbe dans n'importe quelle discographie, rien que pour l'IMMENSE Layla.

Indispensable, vous dis-je!

1. I Looked Away (3.03)

2. Bell Bottom Blues (5.01)

3. Keep On Growing (6.20)

4. Nobody Knows You When You're Down And Out (4.56)

5. I Am Yours (3.34)

6. Anyday (6.34)

7. Key To The Highway (9.37)

8. Tell The Truth (6.37)

9. Why Does Love Got To Be So Sad (4.41)

10. Have You Ever Loved A Woman (6.51)

11. Little Wing (5.32)

12. It's Too Late (3.48)

13. Layla (7.02)

14. Thorn Tree In The Garden (2.49)