15230

C'est sous une pochette culte (de toute façon, quelle pochette de Supertramp ne l'est pas ?) et très amusante que sort en 1975 cette quatrième livraison de Supertramp, intitulée Crisis ? What Crisis ?. Après un tel triomphe que Crime Of The Century, ce nouvel album était attendu comme le messie. Mais, au final, fait-il le poids par rapport au précédent ? Je répondrais... oui mais non. Oui car ce disque est dans la lignée de son prédécesseur (en quand même plus pop, plus commercial), et que l'on y trouve quelques grandes chansons. Mais non, parce qu'après un disque si important que "Crime...", Crisis ? What Crisis ? a forcément de quoi décevoir, et propose aussi quelques chansons mineures par rapport à celles du disque précédent. Cela dit, ce quatrième album reste vraiment très bon, même si ce n'est pas un chef d'oeuvre. Analyse.

Crisis ? What Crisis ? est un disque plutôt long pour un vinyle, avoisinant les 50 minutes. Il démarre par une petite intro, d'un peu plus de 2 minutes. Le morceau le plus court du disque, de loin. Mais Easy Does It n'en est pas moins très attachant, très sympa à l'écoute. Une belle ouverture en perspective, que j'ai toujours beaucoup apprécié. Sister Moonshine est également sympa, en revanche, je la trouve trop longue, ce n'est pas un morceau que j'affectionne particulièrement. Mais, rassurons-nous, car avec Ain't Nobody But Me, on rentre concrètement dans du grand Supertramp. Il s'agit du premier morceau de l'album chanté par Davies, c'est un blues-rock immense, qui reste LE classique du disque. Grand morceau, on ne peut pas dire plus !

Plus grandiose encore est A Soapbox Opera, un des grands sommets de Supertramp, et de Roger Hodgson ! Morceau aussi superbe que possible, tout simplement paradisiaque, qui mettra la larme à l'oeil à quiconque l'entend pour la première fois... Le sommet de l'album, clairement ! Another Man's Woman est chanté par Davies, c'est le morceau le plus long du disque (6 minutes). Cela démarre mal, la partie chantée n'est pas des plus satisfaisantes, elle s'éternise. Néanmoins, la fin, instrumentale, est grandiose, pas de doute là-dessus. Morceau en demi-teinte, donc.

Lady ouvre la face B, qui, je pense, est meilleure que la A. Morceau fort sympathique, qui n'est pas non plus à ranger dans les sommets, mais qui se laisse écouter de manière vraiment agréable. Tout comme Poor Boy, bizarrement et subjectivement un de mes morceaux préférés du disque ! Une superbe compo pop/rock de Davies, un moment détendu du bulbe, vraiment très réussi. Just A Normal Day est une belle ballade, mais qui a mal vieilli, et qui peut paraître un peu niaise. Attachant, cela étant ! The Meaning, par contre, est un sommet. Avec une fin magistrale, 5 minutes envoûtantes, grandes comme tout, une vraie perle ! Et on arrive enfin au dernier morceau, que je considère comme un des grands sommets de l'album. Oui, vous avez bien entendu, et il s'agit de Two Of Us. Malgré tous les précédents efforts du disque, tous les morceaux grandement orchestrés, longs, majestueux que l'on a pu entendre... C'est cette ballade acoustique de 3 minutes concluant le disque qui donne une impression de grandeur. Un pur instant de beauté, émouvant et merveilleux, comme on en entend pas 3000 par jour. Un grand moment que ce Two Of Us, tout simplement un de mes morceaux préférés de Supertramp.

Au final, Crisis ? What Crisis ? n'est pas un essentiel de Supertramp malgré de grands moments. C'est un disque sympa, que l'on appréciera franchement, mais ce n'est pas un sommet. Néanmoins, rien que pour Ain't Nobody But Me, A Soapbox Opera, The Meaning et Two Of Us, il vaut bien la peine d'être écouté, et plusieurs fois, vous ne trouvez pas ?

L'album suivant, par contre, sera leur grand chef d'oeuvre absolu, mais nous y reviendrons la prochaine fois...!

1. Easy Does It (2.18)

2. Sister Moonshine (5.15)

3. Ain't Nobody But Me (5.12)

4. A Soapbox Opera (4.58)

5. Another Man's Woman (6.16)

6. Lady (5.26)

7. Poor Boy (5.08)

8. Just A Normal Day (4.09)

9. The Meaning (5.24)

10. Two Of Us (3.27)