42803481_p

Marvin Gaye a été assassiné par son propre père le 1er Avril 1984, alors qu'il fêtait ses 45 ans. Froid, comme début d'article. Mais tout ça pour dire qu'il s'agit là d'un petit hommage fait maison, à l'occasion des 27 ans du décès de ce génie, et des 72 ans de sa naissance. Enfin bref, le but de cet article n'est pas de vous foutre le bourdon, alors concentrons-nous sur 35 minutes. 35 minutes qui ne se sont pas contentées de changer à tout jamais la face de la soul music, naaan... 35 minutes qui ont carrément changé la face de la musique. En 9 titres, Marvin Gaye a réuni tous les problèmes que le monde de l'époque subissait. Il a mis le tout sur le style dont il est l'un des plus grands maîtres, la soul. Et il a suffi de ça pour pondre What's Going On. Je remercie particulièrement ClashDoherty de m'avoir envoyé ce disque frissonnant par mails. Cet album est une perle intense, d'une émotion rare. Surtout venant d'un artiste de la Motown, habitué à des chansons d'amour dans les 60's. Malgré le côté très doux qui accompagne What's Going On, Marvin Gaye, à travers cet album, se révolte, met toutes ses tripes à nu, et signe l'une des Oeuvres d'Art les plus engagées de tous les temps. Car engagé, ce disque l'est à 200%. Légendaire patron de la Motown, ce salopard (désolé, mais c'est là sa plus stricte réputation) de Berry Gordy n'aimera pas ce chef d'oeuvre, considérant l'album trop triste, pas assez dansant et sans chanson sensuelle. Il acceptera tout de même de produire le disque... qui est rapidement devenu une machine à pognon énorme, un tabac mondial. D'ailleurs, dans son classement des 500 plus grands disques de tous les temps, en 2003, Rolling Stone plaçait What's Going On en quatrième position: comment s'en étonner ?

La plupart du temps, les chansons de ce disque ne sont pas séparées par des blancs: elles s'enchaînent, comme pour montrer que les emmerdes dans le monde se suivent à la vitesse de la lumière. Néanmoins, la première chanson, cultissime, mythique, phénoménale, est séparée du reste des morceaux de la face A. C'est bien sûr le titre éponyme, What's Going On. Une des plus grandes chansons soul de tous les temps, que ce soit artistiquement ou commercialement. Qui n'a jamais entendu ce morceau ? Cela n'étonnera personne si je dis que ce titre est l'un des meilleurs du disque. 4 minutes de perfection absolue, d'une puissance rare. Majestueux. L'archétype même de la chanson contre laquelle on ne peut rien dire. Face à tel tube, et à telle réussite, la seule bonne chose à faire est de se taire. Les paroles, pur message de paix faisant office de résumé de tout ce que l'on va entendre dans le disque, sont magistrales. Le titre suivant, bien qu'étant mal placé sur le disque à mon avis (trop de ressemblance avec la première chanson, jusqu'au titre), What's Happening Brother, est une pure merveille, et encore un classique. Ici, Marvin Gaye, de sa voix magnifique, parle de son frère, un soldat blessé au Viêt-Nam me semble-t-il. Ainsi, Gaye s'insurge contre la guerre. Un des titres les plus courts du disque, mais aussi un des plus beaux et efficaces. Flyin' High (In The Friendly Sky) est d'une beauté déchirante, parle du sort personnel de Marvin Gaye, qui tout au long de sa carrière, a été confronté à des problèmes de drogue et d'alcool. La musique signée Anna Gordy (soeur de Berry et femme de Marvin !) est sensationnelle.

Le titre suivant est un sommet absolu, un des plus grands morceaux de l'album. Save The Children. Cette chanson, véritable duo entre performance vocale soul des plus typiques et spoken-word, assez apocalyptique, tient sur un climat complètement oppressant. Des envolées sublimes, aussi, en fin de morceau. Je réécoute ça en ce moment, j'ai des frissons partout alors que j'écris ce que vous lisez. Avec moins de 2 minutes, God Is Love est le titre le plus court de l'album. Par conséquent, le plus anodin, mais c'est relatif, car il est loin de l'être véritablement. C'est une sorte d'intermède, moins plombant que le reste, mais qui reste tout de même très mélancolique, et qui se termine brutalement pour laisser place à Mercy Mercy Me (The Ecology). Pas besoin que je vous dise ce dont elle parle, hum ? Encore une fois, c'est une merveille, qui clôture génialement la face A, et ce long medley révolutionnaire et immense (qui commence à la piste 2), mais bien plombant moralement. What's Going On n'est pas à écouter quand on a le blues.

La face B est peut-être plus légère, mais demeure quand même bien gratinée. On rentre dans l'arène avec une chanson de 7 minutes, Right On. Pas vraiment soul, ce titre, plutôt latino, avec des accents salsa, mais tout de même de grandes orchestrations, toujours sublimes. S'il y avait eu un bon solo de guitare dessus, elle aurait trouvé sa place sur un album de Santana. Mais elle est très bien en tant que telle, de loin le plus long morceau du disque, avec un moment d'égarement juste grandiose et rêveur aux alentours des 5 minutes. Et toujours un titre très engagé (là, ça cause de la misère, tout comme le dernier titre du disque, mais, suis-je bête, vous découvrirez ça plus loin dans l'article). Wholy Holy est une ballade très douce et bien belle, le seul moment de répit du disque. C'est excellent dans son genre, mais ça reste quand même, et parce qu'il en faut un, le titre mineur de l'album. On vient de vivre tellement d'émotions, que cette chanson vient tout alléger. Pas vraiment décevant, mais le point faible. Après, ça reste superbe. Mais, aussi étonnant que cela puisse paraître, avec ces 8 titres, nous n'avons toujours pas croisé le sommet de l'album. Et le sommet, c'est le grand final, les 5'30 paradisiaques, immenses, de Inner City Blues (Make Me Wanna Holler). Ce titre est la plus grande chanson de l'album, tellement sensationnelle qu'à côté, les autres titres du disque paraissent être de la pacotille, ce qu'ils ne sont pas. Une fois qu'on a entendu ça, on peut mourir heureux ! Absolument rien à jeter. Cette chanson est, heureusement, relativement longue. Mais pourtant, on aimerait qu'elle ne s'arrête jamais, ou alors qu'elle dure une demi-heure, au minimum !!

Peut-être le meilleur album de musique afro-américaine. Le plus important, aussi. C'est bien simple, en matière de musique provenant d'un artiste de couleur (je n'aime pas ce terme...), jamais on n'a fait mieux que ce disque, à ma connaissance. 40 ans après, ce disque reste immortel, novateur et totalement révolutionnaire, et s'impose à quiconque se prétend fan de musique. Un des meilleurs albums au monde, un indispensable absolu de la musique. Bouleversant.

1. What's Going On (3.52)

2. What's Happening Brother (2.47)

3. Flyin' High [In The Friendly Sky] (3.49)

4. Save The Children (4.03)

5. God Is Love (1.42)

6. Mercy Mercy Me [The Ecology] (3.15)

7. Right On (7.32)

8. Wholy Holy (3.07)

9. Inner City Blues [Make Me Wanna Holler] (5.32)