beatles-help-722488

Je serai clair: la face A de Help est tout simplement la plus grande face jamais enregistrée par les Beatles. Help est le cinquième opus du groupe. C'est un disque qui survient après le mauvais Beatles For Sale de 1964, où l'on sentait le groupe fatigué de toute cette Beatlemania... Ici, la bande de Lennon est requinquée. Et pour cause, ils viennent de tourner leur second film, réalisé par Richard Lester; une comédie british très drôle et sympa (pour peu que l'on aime l'humour anglais), nommée... Help. Maintenant, vous avez tout compris: l'album dont je vais parler aujourd'hui n'est autre que la BO du film. Enfin... la BO, ce n'est que la face A, la face B réunit des chansons inédites (comme A Hard Day's Night). Autre phénomène marquant: Help, du haut de ses 33 minutes, est le premier chef d'oeuvre absolu du groupe. En effet, With The Beatles et A Hard Day's Night avaient beau être très réussis, il contenaient quand même chacun une ou deux croûtes moisies. Ici, rien à redire, Help est clairement le premier monument intouchable des Scarabées... et surtout pas le dernier !!

Ici, au niveau de l'interprétation, Lennon s'offre pas moins de 6 chansons, c'est-à-dire presque la moitié de l'album. Harrison en a deux, Ringo en a une, Macca a le reste. Et c'est bien Lennon qui ouvre cette orgasmique face A du feu de Dieu, avec le tube éponyme de l'album, j'ai nommé Help. Tout le monde connaît cette chanson, non ? Que dire, à part qu'il s'agit de l'une des plus grandes chansons pop des 60's ? Clairement, le groupe donne le ton de l'album avec cette chanson. Help est très recherchée, une mélodie imparable et un rythme d'enfer, c'est là sa force. Finies les niaiseries des débuts, ici, Lennon s'affirme. Mais le grand gagnant est indéniablement McCartney. Paul a toujours représenté le côté fleur bleue du groupe... Ici, il brise son statut définitivement avec The Night Before. Là, je ne vois absolument pas quoi dire. Immense rock, The Night Before est l'une de mes 5 chansons préférées des Beatles, ni plus ni moins. Le chant de Macca y est parfait (il a rarement aussi bien chanté). Cette chanson fait partie de celles que l'on rêve de composer, de celles que l'on pourrait se passer en boucle des milliers de fois sans s'en lasser... The Night Before est le sommet absolu de l'album, et sera le sommet absolu des Beatles jusqu'à A Day In The Life (1967).

1965 est l'année de deux sublimissimes ballades Lennoniennes: il y a Norvegian Wood (sur le fantastique Rubber Soul), et il y a aussi You've Got To Hide Your Love Away, sans aucun doute un des joyaux de Help. En 2 petites minutes (pourquoi c'est aussi court, bordel ?), cette ballade acoustique des plus monumentales est touchante, attachante. Pour moi, c'est clairement l'une des meilleures chansons de Lennon. Encore un classique Beatlesien, pour ce qui demeure une vraie perle. Mais ne pas parler trop vite, car des perles, il y en a un paquet, sur Help ! La chanson suivante est un monument pop à elle seule, signée de mon Beatle préféré, le regretté George Harrison. I Need You est l'une de ses plus grosses merveilles. Là encore, c'est tout simplement beau, et à écouter. De plus, avec cette chanson, Harrison s'impose comme un magnifique chanteur, et un avant-gardiste sur le rock psychédélique (la guitare sur les couplets, ça fait très psyché, mine de rien !). Après, cette chanson n'est pas psyché, loin de là. Mais pour les raisons que j'ai expliqué...

Another Girl est signée McCartney. Sans doute la chanson la plus faible de la face A, mais ne boudons pas notre plaisir: elle reste quand même sublime. Encore une fois, Lennon s'en tire merveilleusement grâce à You're Gonna Lose That Girl, petite grosse merveille à la mélodie merveilleuse, douce, imparable. Il suffit de ça pour en faire un pur trésor de la pop anglaise de l'époque. Je sais, je dis ça de toutes les chansons de l'album ! Mais allez trouver d'autres arguments... Pas facile, surtout que se pointe l'un des grands sommets de l'album, et par ailleurs le sommet du disque avec bien sûr The Night Before: il s'agit de Ticket To Ride. Bon, tout le monde connaît, et je n'ai pas forcément besoin de m'attarder dessus. Unique chanson de l'album à dépasser les trois minutes (mais de peu), Ticket To Ride ne se présente plus. Riff cultissime, Lennon qui fait des merveilles. Cette chanson est tout simplement monumentale, grandiose, immense. Magnifique pour clôturer la face A.

Difficile de passer après une telle claque; que va donner la face B ? C'est quitte ou double. Mais fort heureusement, la face B, sans être aussi puissante que la A, s'en tire franchement bien également. Malheureusement, ses premiers sillons sont ceux de Act Naturally. Une des deux reprises de l'album. Interprétée par l'affreux Ringo (dixit Homer Simpson). Bon, ce n'est pas mauvais, loin s'en faut, mais ça reste quand même redoutablement mineur et décevant par rapport à la leçon d'humilité musicale que l'on s'est pris avec la face A. Meilleur que cette nazerie de What Goes On sur l'album suivant, mais tout de même mineur. De toute façon, il faudra attendre 1969 pour avoir enfin une bonne chanson des Beatles avec Ringo au chant (le génial Octopus's Garden). Alors passons directement si vous le voulez bien, à la patte Lennonienne de la face B. Ca commence avec It's Only Love (rien à voir avec Simply Red !), chanson la plus courte de l'album, avec moins de 2 minutes au compteur. Et on regrette que ça soit aussi court: cette douceur à la Zombies montre l'étendue des talents de Lennon. Franchement excellent. Puis ce You Like Me Too Much de Harrison, dans le plus pur style Beatlesien, qui commence de manière très bluesy mais s'avère être du Sacarbée traditionnel de l'époque. Pas une des meilleures de l'album, mais très sympa quand même ! Tout comme ce superbe (bien qu'un peu pompeux au niveau des choeurs) Tell Me What You See, qui débute une triplette McCartienne.

Macca s'offre une chanson aux accents country avec I've Just Seen A Face (au niveau des titres de chansons, elle semble être la suite directe de Tell Me What You See: volontaire ?). Sympa comme tout, ce morceau de deux minutes que je ne pouvais pas blairer au début, mais auquel on s'accoûtume au bout d'un moment ! Et alors là... Bah oui, alors là... Arrive LE tube des Beatles par excellence, la chanson qui fait de l'ombre. Je parle de Yesterday. Vous vous attendiez pas à ça, hum ? Pourtant, Yesterday est bel et bien sur Help. Que dire sur ce chef d'oeuvre McCartien qui n'a pas déjà été dit 10 000 fois ? Bon, on l'a sûrement trop entendue, n'empêche que Yesterday est toujours aussi sublime 45 ans après, elle n'a pas vieilli d'un poil... Bon, pas ma préférée de McCartney ni de l'album (The Night Before, bordel de Dieu !!!), mais force est de reconnaître le côté intemporel de ce tube. Enfin, Lennon achève merveilleusement bien le disque avec la deuxième reprise, celle d'un classique absolu du rock'n roll, Dizzy Miss Lizzy. Rien à dire, c'est juste immense pour terminer. Clairement, Help se clôt sur l'un de ses moments forts !

Au final, Help, c'est une face B très belle et sympa comme tout, mais c'est aussi et surtout la face A. Je le redis, cette monstrueuse face A est pour moi la plus grande face de toute l'histoire des Beatles, pour The Night Before, mais aussi pour I Need You, Ticket To Ride... Une claque mélodique sans précédent, qui a sûrement inspiré les Zombies pour leur monument Odessey And Oracle, mais aussi bien d'autres groupes. Avec Help, les Beatles s'affirment, et sont au sommet de leur forme, à leur nirvana, pour la première fois. Ils resteront comme ça jusqu'à la fin. Comprenez donc à quel point Help est un album charnière, fédérateur et monumental.

1. Help (2.18)

2. The Night Before (2.33)

3. You've Got To Hide Your Love Away (2.08)

4. I Need You (2.28)

5. Another Girl (2.05)

6. You're Gonna Lose That Girl (2.17)

7. Ticket To Ride (3.10)

8. Act Naturally (2.29)

9. It's Only Love (1.54)

10. You Like Me Too Much (2.35)

11. Tell Me What You See (2.34)

12. I've Just Seen A Face (2.03)

13. Yesterday (2.06)

14. Dizzy Miss Lizzy (2.56)